« Se souvenir de la guerre pour écrire et dessiner la paix - 1916, le Front / le poilu »

 Du 7 mars au 27 mai, la Médiathèque départementale a accueilli  Nicolas Juncker.

 A raison d'une semaine par mois, cette résidence d’auteur a permis la mise en place de rencontres aussi bien avec des publics scolaires que des publics adultes pendant lesquelles Nicolas Juncker a parlé de l’influence de l’Histoire sur son travail de création.

 

 

 

 

  label centenaire carre

 

>>  Le projet de la Résidence en quelques mots

En s’appuyant sur le quotidien des soldats durant le conflit, des ateliers d’écriture et de dessin ont été animés par Nicolas Juncker pour la réalisation de créations graphiques de type bande dessinée. L’auteur a proposé différentes approches et techniques en fonction des aspirations et des publics.

L’utilisation de documents personnels des participants relatifs à la Première Guerre mondiale, photos, lettres, objets…, ont permis d’enrichir le contenu de ces ateliers.

 

>> Portrait de Nicolas Juncker 

photo juncker

 Après des études d’histoire pendant lesquelles il se passionne pour la Première Guerre mondiale, Nicolas Juncker devient dessinateur de presse puis professeur de bande dessinée au conservatoire des Arts de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Il débute sa carrière d’auteur de bande dessinée en 2003 avec « Le Front », premier ouvrage publié aux éditions Treize Etrange. Cette bande dessinée muette au style graphique très épuré rend hommage avec beaucoup d’émotion et de justesse à ceux qui ont combattu. Qu’ils soient français, allemands ou anglais, le quotidien et l’horreur sont les mêmes pour ces soldats dans la boue des tranchées. L’auteur précise que cette première bande dessinée n’est que « le maigre reflet de sa passion pour ce sujet ».

En 2005, paraît « Malet », histoire d’un général qui a pour ambition principale de renverser Napoléon Ier ! En 2008, Nicolas Juncker propose une adaptation réjouissante des « Trois mousquetaires » d’Alexandre Dumas avec « D’Artagnan, Journal d’un Cadet ».

En 2009, toujours chez le même éditeur, il commence la série « Immergés », un huis clos en 3 volumes qui se déroule dans un sous-marin allemand et qui a reçu le « Prix du Vent du Large » 2010 du Salon du Livre de Mer de l’Ile de Noirmoutier. « La vierge et la putain », diptyque publié simultanément en 2015 qui retrace les destins d’Elisabeth Tudor, reine d’Angleterre et de Marie Stuart, reine de France et d’Ecosse, est la dernière création de l’auteur.

 

 >> Bibliographie de Nicolas Juncker

 

« Se souvenir de la guerre pour écrire et dessiner la paix - 1916, le Front / le poilu »

 Du 7 mars au 27 mai, la Médiathèque départementale a accueilli  Nicolas Juncker.

 A raison d'une semaine par mois, cette résidence d’auteur a permis la mise en place de rencontres aussi bien avec des publics scolaires que des publics adultes pendant lesquelles Nicolas Juncker a parlé de l’influence de l’Histoire sur son travail de création.

 

 

 

 

  label centenaire carre

 

>>  Le projet de la Résidence en quelques mots

En s’appuyant sur le quotidien des soldats durant le conflit, des ateliers d’écriture et de dessin ont été animés par Nicolas Juncker pour la réalisation de créations graphiques de type bande dessinée. L’auteur a proposé différentes approches et techniques en fonction des aspirations et des publics.

L’utilisation de documents personnels des participants relatifs à la Première Guerre mondiale, photos, lettres, objets…, ont permis d’enrichir le contenu de ces ateliers.

 

>> Portrait de Nicolas Juncker 

photo juncker

 Après des études d’histoire pendant lesquelles il se passionne pour la Première Guerre mondiale, Nicolas Juncker devient dessinateur de presse puis professeur de bande dessinée au conservatoire des Arts de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Il débute sa carrière d’auteur de bande dessinée en 2003 avec « Le Front », premier ouvrage publié aux éditions Treize Etrange. Cette bande dessinée muette au style graphique très épuré rend hommage avec beaucoup d’émotion et de justesse à ceux qui ont combattu. Qu’ils soient français, allemands ou anglais, le quotidien et l’horreur sont les mêmes pour ces soldats dans la boue des tranchées. L’auteur précise que cette première bande dessinée n’est que « le maigre reflet de sa passion pour ce sujet ».

En 2005, paraît « Malet », histoire d’un général qui a pour ambition principale de renverser Napoléon Ier ! En 2008, Nicolas Juncker propose une adaptation réjouissante des « Trois mousquetaires » d’Alexandre Dumas avec « D’Artagnan, Journal d’un Cadet ».

En 2009, toujours chez le même éditeur, il commence la série « Immergés », un huis clos en 3 volumes qui se déroule dans un sous-marin allemand et qui a reçu le « Prix du Vent du Large » 2010 du Salon du Livre de Mer de l’Ile de Noirmoutier. « La vierge et la putain », diptyque publié simultanément en 2015 qui retrace les destins d’Elisabeth Tudor, reine d’Angleterre et de Marie Stuart, reine de France et d’Ecosse, est la dernière création de l’auteur.

 

 >> Bibliographie de Nicolas Juncker

 

Les bibliothèques participantes

 

En 2016, sept bibliothèques ont acueilli la résidence sont Rethondes, Crèvecœur-le-Grand, Chiry-Ourscamp, Belle-Eglise, Sainte-Geneviève, Saint-Martin-Longueau, Montagny-en-Vexin.

Le Centre pénitentiaire de Liancourt et le Service Territorial Educatif de Milieu Ouvert et d’Insertion (STEMOI) ont aussi participé à cette résidence.

   

7 questions à Nicolas Juncker

Nicolas Juncker s’est prêté pour la Médiathèque départementale à un jeu de questions/réponses ...

 >> Comment êtes-vous devenu auteur de BD ?

J'aime ça depuis que je suis enfant... c'est en travaillant autour de 14-18 au cinéma pour une maîtrise universitaire que m'est venue l'idée du « Front », ma première bande dessinée éditée.

>> Quelques mots pour vous définir ?

 Histoire, historiographie, semi-réalisme... aime les gros bouquins qui pèsent lourd dans un sac et qui me volent plusieurs années de ma vie.


>> Vous êtes un passionné de la Première Guerre mondiale, d’où vient cet intérêt pour cette période de l’Histoire ? et pourquoi la bande dessinée pour raconter l’Histoire ?

 Je suis d'origine lorraine par mon père... donc j'ai baigné dans un univers mémoriel assez fort quant à 14-18 (famille à Verdun, photos cachées d'ancêtres en uniforme allemand...). La lecture d' « A l'ouest rien de nouveau » en 5ème n'a rien arrangé. Ni la découverte de Pratt et Tardi au lycée. 

La bande dessinée ne sert à rien de particulier pour raconter l'histoire. La question qui compte, c'est « qu'est-ce que le langage de la bande dessinée peut apporter à la représentation de l'histoire ? »... mais je ne sais pas si j'y ai vraiment répondu dans mes livres.


>> Quelles sont vos sources d’inspiration et vos auteurs de bandes dessinées préférés ?

Pour les auteurs de bande dessinée, en vrac : Hergé, Pratt, Tardi, Otomo, Guibert, David B, Trondheim, Moore, Breccia, etc. Plus récemment Simmonds, Evens, Pastor ou Harambat...
Sinon, beaucoup d'inspiration parmi les écrivains du XXème, évidemment... Malaparte, Sartre, Céline, Hemingway, Grossman, Gide, Mauriac, Remarque, Zweig, Jünger, Fallada, Boulgakov... et beaucoup d'autres.


>> Après « Le Front » , « D'Artagnan journal d’un cadet » et « La vierge et la putain », diptyque sur Elisabeth Tudor, reine d’Angleterre et Marie Stuart, reine de France et d’Ecosse, quel est votre prochain sujet ?

 Je travaille sur différents projets, en tant que scénariste seulement : une série comique sur les apôtres, une biographie de Joseph Fouché, une semi-fiction à Berlin en 45...

>> Vous avez accepté l’invitation de la MDO pour participer à une résidence dans l’Oise. Quelles sont vos attentes par rapport à cette résidence ?

Des rencontres, des rencontres, des rencontres !

 >> La MDO fête en 2016 ces 30 ans. Pouvez-vous nous donner vos coups de cœur de ces trente dernières années ?

  • Un roman : « Limonov », d'Emmanuel Carrère
  • Un album jeunesse : « Monsieur Rouge contre docteur Slip », d'Alfred et Olivier Ka.
  • Une bande dessinée : « Oubapo 3 », collectif
  • Un film : « Minuit dans le jardin du bien et du mal » de Clint Eastwood
  • Un CD : « Big sun » de Chassol
  • Un documentaire : « Opération Lune », de William Karel

  

Retour sur les ateliers

 7 mars au 27 mai - Les travaux de la résidence avec Nicolas Juncker

 

A raison d'une semaine par mois, la résidence d’auteur proposée par la Médiathèque départementale dans 7 bibliothèques du réseau offre l’opportunité de faire se rencontrer publics et auteurs.

Après ces ateliers et cette rencontre, découvrez les travaux des participants...

Les travaux de Crévecoeur-le-Grand

crev   crev3   crev2

Découvrez l'ensemble des travaux de Crévecoeur-le-Grand (Pdf - 5,69 Mo)

 Les travaux de Saint-Martin-Longueau

stmar2

 

                            stmar3    STMAR1

 

Découvrez l'ensemble des travaux de Saint-Martin-Longueau (Pdf - 7,19 Mo)

  

Les dessins de Chiry-Ourscamps

chiry1  chiry3  chiry2

 

 Découvrez l'ensemble des travaux de Chiry-Ourscamps (Pdf - 2,81 Mo)

 Découvrez l'ensemble des travaux de Chiry-Ourscamps  (Pdf - 3,44 Mo)

 

Les dessins de Sainte-Geneviève

 stgen 1   stgen2

 

  Découvrez l'ensemble des travaux de Sainte-Geneviève (Pdf - 1,98 Mo)

 Les collages de Belle-Eglise

belle2 

 belle3   bellee

 

 Les planches de Montagny-en-Vexin

 

montagny   montagny2

  

 Les planches du centre pénitentiaire de Liancourt

 

liancourt  liancourt2

 

  Découvrez l'ensemble des travaux du centre pénitentiaire Liancourt (PDF - 7,39 Mo)

La soirée de restitution

 

Un rendez-vous pour une lecture à voix haute -  vendredi 27 mai 2016 à partir de 18H00

Pour clôturer cette résidence, la Médiathèque départementale et la bibliothèque de Rethondes ont proposé d’assister à une lecture à voix haute de textes d’auteurs, témoins de la Grande Guerre, par Fred EGGINTON illustrée par Nicolas JUNCKER.

Des expositions sur la Grande Guerre dans la bande dessinée ainsi que les travaux réalisés au cours des différents ateliers de la résidence ont été présentés.

 

 

Vous devez vous connecter pour proposer un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.